Green to gold / The Antlers

Audio

Antlers (The)

Edité par Play It Again Sam - 2021

Vérification des exemplaires disponibles ...

Ecouter les fichiers audio

1 -- Strawflower
2 -- Wheels roll home
3 -- Solstice
4 -- Stubborn man
5 -- Just one sec
6 -- It is what it is
7 -- Volunteer
8 -- Green to gold
9 -- Porchlight
10 -- Equinox

Se procurer le document

Vérification des exemplaires disponibles ...

Suggestions

Du même auteur

Familiars / The Antlers | Antlers (The)

Familiars / The Antlers

Audio | Antlers (The) | 2014

Après 7 années de collaboration, le 5eme album de The Antlers "Familiars" est l'accomplissement de l'évolution musicale du groupe, tant dans les sonorités que dans l'écriture ou les méthodes de travail. Cela donne naissance à un s...

Hospice / The Antlers  | Antlers (The)

Hospice / The Antlers

Audio | Antlers (The) | 2009

Ceux qui ont emprunté ont aussi emprunté

The Last exit / Still Corners | Still Corners

The Last exit / Still Corners

Audio | Still Corners | 2021

The last exit est le cinquième album studio de Still Corners, sorti sur Wrecking Light Records. Avec le son scintillant du désert noir pour lequel le groupe est devenu connu, The last exit vous emmène dans un voyage hypnotique, re...

Welcome home / Cocoon | Prass, Natalie

Welcome home / Cocoon

Audio | Prass, Natalie | 2016

Le troisième album de Cocoon a été enregistré entre Bordeaux, Berlin et Richmond en Virginie. Il succède à deux premiers disques certifiés platine. Ce disque porte la marque de Matthew E White, une des figures les plus respectées ...

Chargement des enrichissements...

Avis des lecteurs

  • The Antlers remettent la lumière 4/5

    En deux albums féeriques, Hospice et Burst Apart, ce groupe new-yorkais nous avait happés il y a une dizaine d’années : des mélodies soyeuses, transcendées de lyrisme et de déluges électriques. C’était parfois beau à pleurer. Dix ans plus tard – et après sept ans de silence – l’âme d’un groupe qu’on croyait éteint, Peter Silberman, a relancé sa machine à rêves et le charme opère encore. La dimension post-rock des débuts a cédé la place à une ambiance plus folk. Des chansons plus épurées, finement orchestrées, lumineuses, qu’on s’imagine écouter allongé dans l’herbe, pour célébrer un chanteur en harmonie avec la nature. Sans doute lié à sa rédemption car de sérieux problèmes auditifs et vocaux ont bien failli avoir raison de sa vocation. Mais pouvoir à nouveau écouter son falsetto et se laisser cajoler par ses élégantes compositions, ça n’a pas de prix...

    par Loïc Le 24 juillet 2021 à 15:30